Couperose : Causes, Symptômes et Traitements

Une personne est atteinte de ce qu’on appelle la couperose, lorsque son visage présente une coloration inhabituellement rouge. Cette rougeur est due en général à une dilatation des vaisseaux capillaires. Elle annonce une vulnérabilité des veines, si bien que des soins locaux ainsi qu’un traitement de fond doivent être effectués afin d’éviter que les symptômes ne soient encore plus exacerbés. Voici un guide complet sur la couperose.

Qu’est-ce que la Couperose ?

La couperose, également connue sous l’appellation de rosacée est une affection chronique de la peau du visage, un problème cutané plutôt fréquent. Cette manifestation, en général périodique, disgracieux mais également embarrassante, est assortie à des irritations, des picotements, voire des sensations de brûlures.

Il y a des peaux qui rougissent facilement, soit suite au stress, soit suite à au phénomène du flush (passage brutal de la peau de la température chaude à la température froide ou vice versa, qui cause une dilatation des veines et qui la fait rougir). Même dans certains cas, une digestion difficile peut faire rougir la peau du visage. Toujours est-il qu’à force d’agressions répétées, les petits vaisseaux sanguins sous la peau du visage finissent par perdre leur élasticité et les rougeurs finissent par devenir permanentes.

Les causes possibles de la Couperose

Plusieurs facteurs sont en cause quand il s’agit de déclencher la couperose :

  • Les écarts brusques de température : un passage brutal de la température chaude à la température froide et vice versa entraîne une perturbation qui cause une élasticité des vaisseaux sanguins. Cette élasticité amène une insuffisance vasculaire des vaisseaux.
  • Le soleil et la chaleur : la chaleur est un facteur qui déclenche une sérieuse dilatation des capillaires, soit les vaisseaux sanguins les plus fins qui font partie de l’organisme. Ce qui aboutit lors d’exposition répétée à la couperose. Les rayons ultra violets du soleil directement sur le visage ont le même effet sur la peau. Certaine peaux développent une réaction anormale au contact des rayons UV.
  • Le vent et le froid : ces manifestations hivernales et naturelles « mordent » la peau du visage et font exploser les petits vaisseaux. Cet éclatement entraîne la couperose.
  • La consommation abusive d’excitants : l’absorption de café, d’alcool (notamment le vin rouge), de tabac, d’épices à fortes doses peut provoquer facilement une dilatation importante des vaisseaux sanguins du visage. Cette fragilité veineuse expose le visage à moyen ou à long terme à une exacerbation des rougeurs, ce qui amène inévitablement la couperose.
  • Les hormones de la ménopause : la perturbation des hormones qui accompagnent la ménopause peuvent facilement faire empirer les premiers signes d’une couperose naissante. Mais les bouffées de chaleur à répétition qui caractérisent le passage d’une femme au stade de la ménopause favorisent encore plus l’aggravation des lésions vasculaires.
  • Les produits cosmétiques : certains produits en cosmétologie sont composés d’ingrédients qui favorisent l’irritation. Le parfum de synthèse, le phenoxyethanol, le sodium laureth sulfate, les molécules aromatiques aldéhydées, … sont autant de facteurs qui déclenchent la couperose.
  • Le stress : ce facteur, qui s’installe désormais comme un phénomène courant dans la société est plutôt difficile à maîtriser. Mais il contribue de beaucoup à exacerber les rougeurs, par exemple lorsqu’une personne rougit à la suite d’un évènement stressant, …

Les différents symptômes

A quels signes peut-on dire qu’on a la couperose ?

Les symptômes de la couperose qui s’installe sur le visage sont facilement reconnaissables. Cette affection de la peau se situe le plus souvent sur les ailes du nez, sur les pommettes, sur le menton, ainsi que sur le milieu du front. Le phénomène se manifeste par des plaques rouges qui font leur apparition, suite à la production d’efforts ou encore à la suite d’une consommation  de boisson chaude, de boisson alcoolisé, mais aussi de mets fortement épicés.

Ces rougeurs dues à la vasodilatation des vaisseaux capillaires disparaissent en principe tout seul. Mais au fur et à mesure que ces petits vaisseaux sont exposés au phénomène de vasodilatation, les plaques rouges deviennent permanentes.

Les stades de la couperose

Il existe certains stades de la rosacée. Il y a l’érythrose, qui se traduit par une dilatation des vaisseaux capillaires de la peau du visage. La maladie cutanée se manifeste par des plaques  de rougeur étendues, sans que les capillaires ne soient visibles pour autant à l’œil nu. Ensuite, l’érythro-couperose qui se manifeste par l’apparition de rougeurs subites, qui résultent d’une variation extrême de température ou encore de la consommation de mets fortement épicés et copieux.

Enfin, il y a l’acné rosacée qui peut également être appelé la rosacée papulopustulaire qui associe à la fois la rougeur, la couperose, en plus de la formation d’abcès purulents qui s’apparentent à de l’acné mais dont l’évolution de la maladie ainsi que les symptômes sont différents.

Quel est le profil des personnes atteintes de la couperose ?

La couperose concerne environ 15% de la population, notamment celle avec une peau claire, plus fragile face aux agressions. En effet, l’affection touche les personnes qui viennent du nord de l’Europe, surtout les gens qui viennent d’Irlande, d’Ecosse, d’Angleterre, de la Scandinavie, de la Russie,… Certains parlent même de « malédiction de celtes ». Et malgré que le phénomène soit plutôt rare, un africain ou encore un asiatique peut également être concerné par la couperose.

Les femmes sont celles qui souffrent le plus souvent de l’affection cutanée, encore plus que les hommes. Néanmoins, lorsque les hommes sont atteints de la couperose, ils sont plus susceptibles de développer le rhinophyma, une complication inflammatoire de la couperose qui se traduit par un nez rouge, boursouflé et bosselé. En outre, les personnes âgées entre 20 à 70 ans sont touchées par le problème cutané et l’exposition est plus prononcée pour celles comprises dans la tranche d’âge entre 30 et 50 ans. Il y a deux ans encore, 4 millions de français souffrent de cette maladie épidermique, et 8 personnes sur 10 étaient touchées.

Comment traiter la couperose ?

Le traitement médicamenteux

Certains médecins préconisent un traitement médicamenteux à base d’antibiotiques de type oraux, mais dont la prise prolongée est fortement déconseillée. Des crèmes antibiotiques à base de métronidazole peuvent également être prescrites, tout comme les stéroïdes topiques qui peuvent montrer des résultats satisfaisants à condition de ne pas être appliqués à long terme. Quoi qu’il en soit, le traitement devra être à court terme sous peine d’aggravation des symptômes de la couperose.

Le traitement chirurgical

En l’absence de traitement adéquat, la rosacée a tendance à ne pas disparaître et s’aggrave même au fil du temps. En termes de solutions thérapeutiques, l’électrocoagulation peut s’avérer particulièrement efficace pour traiter certains vaisseaux capillaires fortement discernables. La technique consiste à coaguler chaque vaisseau sanguin avec un bistouri électrique. Bien qu’efficace, ce traitement peut causer une dépigmentation de la peau.

Actuellement, les lasers vasculaires améliorent sérieusement les couperoses. En principe, les résultats de la chirurgie au laser sont perceptibles dès 2 séances à intervalles de 6 semaines. Par ailleurs, la lumière intense pulsée permet une bonne amélioration des érytho-couperoses. Ces traitements chirurgicaux au laser laissent peu de cicatrices, mais l’apparition d’ecchymoses et de rougissement passager n’est pas à écarter. Enfin, il faut savoir que cette méthode n’est pas définitive.

 Le traitement dermocosmétique

Pour une couperose qui vient de se déclarer, opter pour un traitement dermocosmétique sur mesure peut être une bonne solution dans le but d’éviter que de douloureuses télangiectasies (dilatation des petits vaisseaux sanguins cutanées) n’apparaissent et ne se dégradent plus tard en rosacées. Ce traitement consiste en un mode d’alimentation revisité, un rituel spécifique de nettoyage ainsi que d’hydratation de la peau. L’alimentation revisitée consiste en la suppression de la consommation d’épices, d’alcool, de substances excitantes, …

Quant au rituel de nettoyage et d’hydratation quotidien, il faudra bien se démaquiller le visage avec un produit de soin à base de composant végétal. Ensuite, il faudra traiter les zones irritées avec un soin à base d’huiles végétales, et hydrater la peau de jour comme de nuit avec une crème bio dont la formule contient des huiles protectrices.

Le traitement aux huiles essentielles

Traiter la couperose avec une formule à base d’huiles essentielles peut montrer des résultats très satisfaisants. Les huiles essentielles de camomille, de géranium, d’hélichryse, de lavande, de teinture de benjoin, d’armoire arborescente et de ciste s’avèrent particulièrement adaptées pour soigner cette affection cutanée. Certains thérapeutes préconisent une application pure de la solution d’HE, ou encore diluée avec une huile végétale grasse de type huile de calendula ou du beurre de karité. Toujours est-il que consulter un thérapeute est recommandé afin de ne pas se tromper dans l’élaboration de la formule.

Comment peut-on prévenir la couperose ?

Il est plutôt facile de prévenir la couperose. Il suffit de se plier à certaines règles et hygiènes de vie. Les facteurs aggravants les symptômes sont également à éviter afin de limiter les risques. Pour ce faire, éviter l’augmentation du débit sanguin de la peau sera nécessaire en limitant les expositions prolongées au soleil et sans protection. Ne pas prendre de bains trop chauds, ne pas boire de boissons trop chaudes, ne pas consommer trop d’alcool, ne pas manger trop épicé, ne pas faire d’effort physique démesuré, ne pas se laisser influencer par le stress émotionnel, … Somme toute, éviter les excès qui déclenchent l’apparition et l’installation permanente des rougeurs est tout indiqué en guise de prévention de la couperose.

Ne pas confondre l’acné rosacée et l’acné classique

Plusieurs personnes peuvent confondre l’acné rosacée avec l’acné classique dont souffrent les adolescents. Toutefois, l’acné rosacée est réservée aux adultes et aucun symptôme de séborrhée, ni de poussée de comédons ne sont visibles sur les pustules. En outre, l’absence de points noirs ou de boutons blancs est à noter, mais des petits boutons rouges sont en revanche remarqués. C’est pourquoi les produits et les traitements utilisés pour soigner l’acné juvénile ne conviennent pas et ne sont pas du tout adaptés pour remédier à l’acné rosacée. Il est même possible que ce genre de traitement favorise une exacerbation des symptômes de l’affection.

Face au caractère inesthétique de la couperose, essayer de minimiser rapidement les « dégâts », en attendant que les différents traitements et remèdes n’agissent, il est recommandé de se protéger le visage avec une crème écran solaire qui propose une indice de protection d’au moins 15. Des crèmes de « camouflage » représentent également une excellente alternative pour atténuer les rougeurs.